Les convertis écologistes de fraîche date sont souvent très radicaux et bien plus excessifs que les écologistes historiques

Découvrant le souci des citoyens pour l’écologie suite aux résultats des élections européennes de l’année dernière, on assiste à l’occasion de la campagne des municipales à une surenchère de projet en faveur de la planète qui montrent surtout un défaut d’analyse et de compétence par rapport à ceux engagés depuis longtemps dans cette voie et restés fidèle à leur engagements et leurs convictions.  Un programme pour la ville met en avant une image bien triste de la place de l’hôtel de ville, prise en fin d’après-midi d’une sombre journée hivernale pluvieuse. Et donc propose comme alternative une image rieuse ou tout l’espace de la place serait végétalisé.  Pourtant une autre image, datant de l’été dernier aurait permis de nuancer le diagnostic : celle que l’on découvre sur le site Google Earth.   Le ressenti est radicalement différent. On constate que cette place à une identité et une cohérence architecturale qui mérite d’être préservé. L’eau participe d’une démarche écologique, elle est même jusqu’à présent le moyen le plus efficace trouvé pour atténuer les effets des îlots de chaleur.  Se promener sur cette place en hiver, c’est constater qu’elle est vivante. Des aînés…

Continuer la lecture

Yves Révillon : La défense des pavillons, une imposture !

Mr Révillon a été élu en 1995 face au maire dont il était quelques semaines plus tôt l’adjoint, en se présentant comme le défenseur des pavillons que soi-disant, son prédécesseur aurait voulu raser. Depuis et à chaque élection Mr Révillon, martial, se présente comme le bouclier des quartiers pavillonnaires. Pavillons menacés par qui ?    On !    Mais qui on ! « On veut nous imposer des buildings », « On veut détruire les pavillons ». Seulement ni Mr Revillon, ni son adjoint à l’urbanisme n’ont jamais été capable de nous préciser qui était « On » afin que nous puissions lui demander sa version des faits. De même, ils étaient dans l’incapacité de produire le moindre document pour prouver leur affirmation.  Lors de la campagne 2014, l’équipe actuelle distribuait un tract la veille du scrutin  Ils affirmaient que la région et donc leur opposition voulait imposer la destruction du tissu pavillonnaire. Mais il s’agissait d’un projet pour l’ensemble de l’île de France soit 1 276 communes et 12 Millions d’habitants.   Ironie de l’histoire, il s’était avéré que Mr Révillon était déjà allé au-delà des préconisations de la région.  Depuis 20 ans plusieurs centaines de pavillons…

Continuer la lecture

Comment redynamiser notre jumelage avec Neu-Ulm ?

En septembre 2016 nous avons fêté les 50 ans de jumelage avec la ville allemande de Neu-Ulm. Mais qui connaît cette commune de 60 000 habitants située à un peu plus de 5 heures en train de Paris ?   Affiche en faveur de la coopération entre les villes de Neu-Ulm et sa grande voisine historique, Ulm. C’est le Danube qui sépare les deux communes qui se trouvent dans deux régions différentes : sur le rive oriental Neu-Ulm en Bavière, et en face, Ulm situé dans le  Bade-Wurtemberg.  Dans notre Hôtel de Ville devant la salle des mariages. Souvenirs…souvenirs. C’est bien mais le jumelage mérite aussi mieux que quelques photos jaunies sous verre…  Pourquoi ne pas bénéficier de l’expérience de nos amis allemands, et échanger avec eux sur des thématiques importants communs ?  Premier exemple, les aménagements autour de la gare ferroviaire. Sur la photo la gare de Neu-Ulm où une partie de la voie ferrée est couverte depuis 2007. Peut-être qu’à Bois-Colombes on pourrait s’en inspirer pour la création de la Place du Grand Paris ?  Nous partageons aussi d’autres sujets, comme le développement des énergies renouvelables et la rénovation…

Continuer la lecture

Bois-Colombes : Une dette qui explose et ce n’est pas nous qui le disons !

Une dette qui explose, même l’institut qui analyse la gestion des 380 plus grandes villes de France pour le Figaro et le Point le constate !  La très libérale fondation iFRAP, ainsi qu’elle est répertoriée par l'Observatoire européen des think tanks, et qui avait rédigé l'essentiel du programme économique de François Fillon pour la présidentielle de 2017 constate :   Bois-Colombes est la ville dont la dette s'est le plus alourdie (+ 1 237 euros par habitant depuis 2014)  Mais circonstance aggravante, la même étude indique que cette dette a doublé alors qu’entre 2014 et aujourd’hui, les dépenses d’investissements (610 euros / habitant) ont à peine dépassé la moyenne (538 euros / habitant) des 50 villes de taille comparables (26 300 -29 700 habitants).  Le Plessis-Robinson la ville des hauts de Seine comptant le même nombre d’habitants, est la ville qui a investi le plus sur le mandat, en moyenne 1 124 euros par habitant et par an, tout en faisant diminuer sa dette de 265 euros par habitant pendant la dernière mandature.  

Continuer la lecture

Ne pas vouloir respecter la loi SRU revient à gaspiller votre argent et coûte 1 543 221 € aux Bois-Colombiens

Instaurée par un texte du 13 décembre 2000, la loi SRU « Solidarité et renouvellement urbain » comporte un article devenu célèbre : l’article 55. Son non-respect entraîne des sanctions annuelles et triennales.   Ainsi, tous les ans, après vérification par les services de l’Etat, les communes qui ne respectent pas le taux doivent verser une somme qui sert à financer des logements sociaux partout en France.  Tandis que tous les trois ans, l’État vérifie si les communes ont rattrapé progressivement leur retard (dit plan triennal). En fonction de l’appréciation de la situation portée par le préfet de département, des sanctions plus lourdes à l’encontre de ces communes dites carencées peuvent être prises.  Situation à Bois-Colombes : des sanctions de plus en plus élevées  En 2015, la ville de Bois-Colombes a payé une pénalité au titre de l’article 55 de la loi SRU pour insuffisance de logements sociaux pour un montant de 137 487 €. Le paiement de cette pénalité faisait suite à la décision de la démolition du 38 Armand Lépine. En effet, une opération de démolition avait été privilégiée à une opération de réhabilitation (dont par ailleurs le…

Continuer la lecture

Promotion des commerces : Promesse du maire sortant maintes fois faites, maintes fois ratées

Mr Révillon qui depuis 1995, dans chacun de ses programmes, assure œuvrer pour la promotion des commerces devrait avoir l’humilité de constater l’échec de sa politique. Mais non ! Dans son programme pour l’élection municipale 2020 il prétend avoir agi :  Mais les habitants de la ville ont sous les yeux la démonstration de ses échecs répétés. Comment justifier qu’au bout de six ans, voire plus, des locaux commerciaux neufs reste désespérément vides ?    Rue Hoche  2014 2017 2020                                Avenue de Chevreuil – Avenue de l’Europe  2015                                            2020                                                           Rue Charles Chefson  2014 2020 Le plus choquant c’est qu’à l’emplacement de ces espaces morts existaient, il y a 10 ans, des commerces installés de longue date, qui marchaient bien et avaient une clientèle fidèle. Mais peut-être qu’ils n’étaient pas au goût de Mr Révillon qui a choisi de les raser. On relèvera, non sans ironie, que soucieux des personnels licenciés l’étude d’impact de la ville pour la ZAC PLM indiquait comme « plan d’accompagnement » qu’on pourrait orienter ces personnes “vers pôle emploi”. Pourtant plusieurs intervenants l’avaient alerté sur le peu de sérieux de l’étude de marché…

Continuer la lecture
  • 1
  • 2
Fermer le menu