Les convertis écologistes de fraîche date sont souvent très radicaux et bien plus excessifs que les écologistes historiques

Découvrant le souci des citoyens pour l’écologie suite aux résultats des élections européennes de l’année dernière, on assiste à l’occasion de la campagne des municipales à une surenchère de projet en faveur de la planète qui montrent surtout un défaut d’analyse et de compétence par rapport à ceux engagés depuis longtemps dans cette voie et restés fidèle à leur engagements et leurs convictions. 

Un programme pour la ville met en avant une image bien triste de la place de l’hôtel de ville, prise en fin d’après-midi d’une sombre journée hivernale pluvieuse. Et donc propose comme alternative une image rieuse ou tout l’espace de la place serait végétalisé. 

Pourtant une autre image, datant de l’été dernier aurait permis de nuancer le diagnostic : celle que l’on découvre sur le site Google Earth.  

Le ressenti est radicalement différent. On constate que cette place à une identité et une cohérence architecturale qui mérite d’être préservé. L’eau participe d’une démarche écologique, elle est même jusqu’à présent le moyen le plus efficace trouvé pour atténuer les effets des îlots de chaleur

Se promener sur cette place en hiver, c’est constater qu’elle est vivante. Des aînés s’y retrouvent sur les bancs pour bavarder, des jeunes enfants s’initient au patin à roulettes et se risquent sur leur premier vélo (à roulettes quand même), des clients profitent des commerces alentours.  

Alors certes cette place peut être améliorée ! Mais la changer radicalement ? Bien sûr on peut réduire la part de goudron et gagner ainsi quelques dizaines de mètre carrés de végétalisation, mais tout en en préservant son accès pour les personnes à mobilité réduite qui cohabiterons avec les jeunes aventuriers de la trottinette à 4 roues. Des arbres persistants peuvent être introduits en complément de ceux existants pour maintenir une végétalisation arborée quand les feuilles seront tombées. Le bassin quand il doit être vidé pour éviter les dommages du gel peut accueillir des bacs temporaires végétalisés qui pourront être installés ailleurs dans la ville, au printemps. De surcroît, l’espace nécessaire pour l’animation au moment des fêtes de Noël serait maintenu.  

Végétaliser l’espace public est important, mais il ne doit pas conduire à détruire le passé architectural de la ville qui participe de son identité ; il doit maintenir l’activité existante. 

La liste Le Nouveau Souffle réunie des Bois-Colombien.nes divers qui ont construit leurs convictions dans la durée. Ils ne sont pas au contraire de ce que certains prétendent des ayatollahs de l’écologie mais des citoyens fidèles à leurs valeurs et leurs engagements passés, convaincus que l’écologie est nécessaire au bien-être de l’homme, mais pas en supprimant des espaces qui aident les individus à se construire et vivre ensemble

Laisser un commentaire

Fermer le menu